Vous êtes ici

“La pratique de l’enseignement accompagne la recherche”

Depuis 2006, Pierre Weiss est directeur du LIOAD, le Laboratoire d’ingénierie Ostéo-Articulaire et Dentaire. Avec ses équipes, il développe des techniques de régénération tissulaire osseuse et cartilagineuse. Il est également professeur d’odontologie à l’université de Nantes.

Culture sciences : Comment en êtes-vous arrivé à étudier les hydrogels ?
Pierre Weiss : Au départ, je ne me suis pas dirigé vers les hydrogels. Après mes études dentaires, j’ai été chirurgien dentiste. Puis j’ai passé un master en chimie macro-moléculaire à la faculté du Mans. J’ai enchaîné avec une thèse. Après ça, j’ai d’abord commencé par enseigner dans le domaine des polymères qui sont des matériaux durs, sans eau. Et par la suite, je me suis intéressé aux hydrogels, qui sont des solides dits “fragiles” et qui contiennent de l’eau.

Culture sciences : La recherche est donc arrivée sur le tard quelque sorte ?
Pierre Weiss : Après avoir pratiqué la médecine dentaire, j’ai voulu me diriger vers la recherche dans l’ingénierie tissulaire. C’est un domaine qui touche directement la pratique dentaire. Ensuite, c’est l’enseignement qui a accompagné mes travaux de recherche.

Culture sciences : Vous êtes arrivé dans ce domaine de recherche par passion ?
Pierre Weiss : Ma mère était biologiste. Et mon père était déjà chercheur dans ce domaine. Il est à la retraite aujourd’hui. Mon grand-père a mis les premiers hydrogels au point. Ils étaient à base de protéines dénaturées. Et mon arrière grand-père était ingénieur chimiste dans une usine de gélatine à l’Isle-sur-la-Sorgue. Pendant la guerre, il était responsable d’un réseau de résistance. Il faisait sauter les trains grâce à de la dynamite qu’il élaborait avec de l’hydrogel !

Propos recueillis par Laurent Salters

Infos complémentaires

Retrouvez le podcast de l'émisson Le Labo des Savoirs sur les biomatériaux pour réparer les os et reconstruire les cartilages, avec les interventions de Pierre Weiss, directeur de LIOAD, et Jérôme Guicheux, directeur adjoint du LIOAD.

Ajouter un commentaire