Vous êtes ici

Trompez vos sens !

Une exposition en cours à Laval décrypte les illusions de perception qui peuvent fausser nos repères au quotidien. La frontière réel / imaginaire est moins épaisse que l’on pense.

Illusions, ça trompe énormément”. Le titre de l’exposition en lui-même est tout un programme. Et l’affiche en est la première illustration. Vous pensez voir un éléphant ? Pas tout à fait : il y a bien là un pachiderme, mais avec un papillon en guise de tête. Le tout emballé dans une esthétique plutôt circassienne qui finit de semer le doute. Où sommes-nous ? “Il y a une cohérence entre l’affiche de l’exposition et cet état d’esprit du cirque ou le plus souvent, on tente de nous faire croire à quelque chose”, explique Caroline Guillou, médiatrice au Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle (CCSTI) de la ville de Laval où se tient l’exposition jusqu’au 7 septembre. “L’idée de cette exposition est de montrer qu’il est en fait assez simple de se tromper lorsqu’il s’agit de perception”, renchérit Caroline Guillou. “Les illusions sont partout autour de nous, tout le temps. Nous passons notre temps à les rétablir. L’exemple classique, c’est le départ du train. Vous êtes assis et vous regardez à l’extérieur. Vous sentez votre wagon qui bouge alors qu’en fait non, c’est le train d’à côté qui part”. Et votre cerveau d’effectuer une pirouette pour tout remettre dans le bon ordre !

Contradictoire

Pour étayer cette démonstration, des ateliers sont animés en marge de l’exposition pour approfondir le sujet. “L’idée de ces ateliers est de montrer que tous les sens peuvent être trompés, continue Caroline Guillou. Par exemple, nous explorons le lien entre couleur et goût. Une eau colorée verte mais qui a le goût de fraise va dérouter le cerveau qui reçoit des informations contradictoires”. Car avec une eau verte, on attendrait plutôt un goût chlorophylle ou menthe. Vous apprendrez dans ces ateliers que le bruit de la mer dans les coquillages n’est en fait constitué que par le bruit de votre propre circulation sanguine. Qu’une plaque en aluminium et une plaque en bois ont exactement la même température. Alors que le sens commun associe plutôt froid avec aluminium et chaleur avec bois. “C’est une vision de l’esprit, confirme Caroline Guillou. C’est comme de dire qu’une pièce avec un sol en carrelage est plus froide qu’une pièce avec un sol en bois. Ce n’est pas vrai.” A côté de ces ateliers, les visiteurs peuvent suivre le parcours classique de l’exposition. Seul petit bémol au tableau : la priorité est donnée très largement aux illusions d’optiques. “Sans doute parce que ce sont celles qui marchent le mieux”, estime Caroline Guillou.
Parmi les attractions préférées du public, on trouve ainsi la fameuse “Chambre d’Ames”, du nom de son inventeur, l’ophtalmologiste américain Adelbert Ames Jr. Un lieu qui fausse les perspectives et qui, en fonction de l’angle où vous vous trouvez peut vous donner l’illusion, soit d’être un géant, soit d’être un lilliputien, le cerveau se laissant tromper par les proportions inhabituelles.
Vous laisserez-vous tromper ?

L.Salters

Infos complémentaires

L'exposition est présentée jusqu'au 7 septembre 2014 au Musée des Sciences de Laval. Renseignements et informations sur le site du CCSTI de Laval.

Ajouter un commentaire