Vous êtes ici

Près de 300.000 arbres à Nantes

Culture Sciences : La ville de Nantes a été associée à VegDUD. Quelle conclusions tirez-vous de cette expérience ?
Jacques Soignon : Il est important de mesurer le retour citoyen de nos politiques. C'est en cela que VegDUD était intéressant pour nous car certains travaux étaient tournés vers les usages. L'étude est axée réchauffement climatique et cela nous a aussi permis de confirmer que la stratégie du vert est payante. Mais pas forcément là où on le pense. Les murs végétalisés n'ont pas fait leur preuve d'un point vue climatique. Mais d'un point de vue psychologique, les habitants apprécient. Et l'arbre et la question de la canopée urbaine sortent grandis de l'étude, c'est évident.

Culture Sciences : Combien y t-il d'arbres à Nantes ?
Jacques Soignon : On compte environ 300 000 arbres à Nantes, soit un par habitant. Mais ce chiffre recoupe pour moitié des arbres publics et pour l'autre moitié des arbres privés dans les jardins particuliers. C'est une notion importante, car nous avons plus ou moins le contrôle sur eux. Les villes doivent mettre en place des mesures de protection sur ces arbres privés.

« Ne pas devenir une ville musée » 

Culture Sciences : Quelles sont vos priorités ?
Jacques Soignon : Nous cherchons à aller vers une ville à vivre. De plus en plus, on constate que les gens veulent aller dehors. Nous sentons bien que leurs comportements se « méditerranise ». Plus il fait beau et chaud, plus ils sortent ! Avec le réchauffement climatique, la tendance va s'amplifier. Les parcs et jardins sont devenus le théâtre de centaines de manifestations. Mais nous devons faire attention à ne pas devenir une ville musée.

Propos recueillis par L. Salters

Infos complémentaires

Lire aussi : L'arbre, "Prince vert" dans la ville dense ?

Ajouter un commentaire