Vous êtes ici

L'épopée spatiale n'est pas pour demain

Alors que le film Interstellar sort sur les écrans, une étude publiée par le MIT affirme qu'une mission lancée vers Mars aujourd'hui serait vouée à l'échec.

Dans Interstellar de Christopher Nolan, tout est fait pour y croire ! Même les dialogues qui prennent parfois des allures de revue scientifique entre les personnages qui, tout en appuyant sur quelques boutons, échangent prestement sur l'origine des trous noirs. Le réalisme des situations, la facture exceptionnelle des effets spéciaux, le charisme des acteurs, on y est ! Et il n'est pas si fréquent d'être gratifié par Hollywood d'une production d'anticipation de qualité.

Que diraient des scientifiques de la véracité d'une aventure comme Interstellar... ? Est-il possible ou non d'envoyer à l'autre bout de la galaxie un groupe d'astronautes en exploration en l'état actuel des connaissances ? C'est exactement l'exercice auquel se sont livrés un groupe de chercheurs du MIT. Ils viennent de publier une étude très sérieuse qui ausculte à la loupe « Mars One », ambitieux projet de voyage vers Mars avec à la clef installation d'un groupe de colons. Financé exclusivement par des fonds privés, « Mars one » a beaucoup fait parler de lui ces dernières années. Les initiateurs du projet claironnent haut et fort que les technologies actuelles sont suffisamment avancées pour organiser un tel périple.

Morts de faim

Non, rétorquent les chercheurs du MIT. Si la mission « Mars One » était lancée aujourd'hui, elle n'aboutirait pas à son terme. Pire : les scientifiques affirment que l'équipage mourrait probablement assez vite... Plusieurs études ont déjà montré que dans le futur, il serait possible de cultiver des plantes sous serre sur la Lune ou bien sur Mars. Pour les scientifiques du MIT, cela ne veut pas dire que les colons pourront ouvrir un restaurant ! Les chercheurs ont ainsi façonné un outil informatique regroupant l'ensemble des informations et des études rendues publiques sur le sujet. Selon ces calculs, les stocks de nourriture qu'il est possible d'envoyer avec le premier groupe de colons ne couvriront pas leurs besoins caloriques journaliers. En d'autres termes, les colons seraient morts de faim avant d'avoir eu la chance de réceptionner un premier ravitaillement ou d'avoir récolté leurs premières salades...

De l'air

D'autres travaux ont également indiqué que la culture de plantes permettrait la production d'oxygène, en appui d'une source d'air créée par le traitement de la glace disponible sur Mars. Là encore, le MIT évoque un échec partiel, les plantes ne se montrant pas suffisamment efficaces pour filtrer l'oxygène et retenir l'azote. Et les chercheurs d'enfoncer le clou. Pour qu'une mission soit couronnée de succès, ils estiment qu'il faudrait envoyer 15 modules de ravitaillement supplémentaires. Le tout pour un total de 4,5 milliards de dollars, rien que pour les lancements.
Selon les organisateurs de « Mars One », le MIT ne disposerait pas de l'ensemble des données lui permettant de se prononcer clairement sur l'échec ou le succès d'une mission martienne habitée. Néanmoins, ils admettent volontiers que le MIT a raison sur un point : la fourniture des pièces de rechange du matériel de survie de la colonie. Même l'utilisation d'imprimantes 3D ne pourra pas répondre à l'ensemble des besoins en pièces détachées de la base.
Des premières estimations indiquent ainsi que pour des questions de sécurité, les pièces de remplacement des modules de survie principaux devraient représenter 62 % du poids du lancement initial de la colonie, si aucune autre mission n'était prévue dans les deux années suivant le premier départ. Sans compter la nécessité pour une telle mission d'avoir sur place des experts très pointus sur un grand nombre de domaines afin de pouvoir répondre à toutes les questions qu'un séjour sur Mars imposerait...

Bref, de quoi doucher les enthousiasmes des plus optimistes. De quoi aussi relativiser l'argumentaire « réaliste » du film de Christopher Nolan. Pour mieux en apprécier en revanche les qualités imaginaires et fictionnelles. Et nous faire rêver.

L.Salters

Infos complémentaires

Mars One est un projet lancé par un ingénieur néerlandais, Bas Lansdorp, visant à installer une colonie humaine sur la planète Mars et l'occuper dès 2024.

Consultez l'étude du MIT sur la faisabilité de Mars One (en Anglais) : http://web.mit.edu

Ajouter un commentaire