Vous êtes ici

L’ITEIPMAI veille sur les huiles essentielles

A Parfum, médicinales ou aromatiques, les extraits de plantes servent à élaborer les huiles essentielles. Anti-microbiennes, elles peuvent également être intégrées à la nourriture animale

L'Institut, basé à Chemillé-Melay dans le Maine-et-Loire, opère une surveillance documentaire importante sur les usages et la définition de certains produits notamment pour l'alimentation animale.

« La base documentaire, c'est vraiment le fondement », explique Denis Bellenot, responsable du service phytochimie et normalisation de l'Institut Technique Interprofessionnel des plantes à Parfum, Médicinales et Aromatiques (ITEIPMAI). Basé à Chemillé-Melay, l'Institut se définit d'abord comme un institut de recherche agronomique appliquée et possède une centaine d'adhérents (agriculteurs regroupés en coopérative, industriels) qui constituent en quelque sorte sa « filière ». Parmi leurs travaux, les équipes de l'ITEIPMAI se consacrent notamment aux problématiques de l’alimentation animale. « Dans ce domaine, 2006 a représenté un tournant, remarque Denis Bellenot. Depuis qu'il est interdit d'ajouter des antibiotiques comme " facteurs de croissance" dans les aliments, il a fallu renforcer le développement d'autres solutions. » 
Pour l'alimentation animale, une des pistes de remplacement est représentée par les huiles essentielles. Ce sont des extraits de plantes, des concentrés obtenus par différents procédés. Un grand nombre de ces huiles ont des vertus anti-microbiennes et aromatiques. Incorporer des huiles essentielles selon des bons dosages et dans les bonnes proportions à la nourriture animale permet donc de favoriser la croissance. Car un animal non malade et qui mange bien, au final, grandit bien !
C'est ici que la base documentaire prend son sens. Denis Bellenot : « Nous entretenons une bibliographie sur les usages et les définitions des produits réellement utilisés. Les compositions chimiques à partir d'une même plante peuvent avoir des effets très différents. Nous essayons de caractériser les produits du mieux que nous le pouvons. » Les professionnels de l'agroalimentaire ou les instituts techniques des filières animales qui souhaitent mettre en place des programmes de recherche sur des extraits de plantes peuvent donc se référer à cette base documentaire tenue à jour. 
 
Le thym
 
Un exemple avec le thym. Il en existe 7 types chimiques différents. Il existe aussi des variations naturelles à l'intérieur même de ces types. Un thym cueilli au mois de mars ou en juin n'aura pas forcément la même composition selon que la floraison a commencé ou non. Conséquence : « Dire que l'on se sert d'huile essentielle de thym pour obtenir tel ou tel effet est très insuffisant, appuie Denis Bellenot. Il est nécessaire de mieux caractériser cet extrait pour pouvoir comparer les résultats d'un essai à un autre. Cela nécéssite des analyses qui sont rarement faites à l'heure actuelle. »
 
Un exemple de situation typique dans laquelle ces huiles essentielles peuvent être utilisées dans l’alimentation animale est le sevrage du porcelet. Tous les éleveurs de porcs le savent, sevrer les petits du lait maternel est synonyme de période difficile. Dans les élevages, on décide de la date à laquelle on sépare, du jour au lendemain, les porcelets de leur mère. S'ensuit chez eux des problèmes digestifs, parfois des maladies. Il y a des programmes qui testent différents types d'extraits dans les aliments des porcelets pour assurer leur défense immunitaire et donc leur résistance aux maladies. Si les extraits utilisés ne sont pas suffisamment caractérisés, il sera difficile voire impossible de comprendre pourquoi certaines huiles essentielles sont efficaces et d'autres ne le sont pas. Dans tous les cas l'objectif est bien d'améliorer la croissance et donc de trouver le produit le mieux adapté.
 
La veille documentaire effectuée à l’ITEIPMAI nourrit des programmes de recherches partenariales menées par l'Institut avec le secteur privé de l'agroalimentaire et avec les coopératives d'agriculteurs. Denis Bellenot : « Les gens avec lesquels nous travaillons ont une très grande compétence dans le domaine de l'élevage et de la zootechnie (méthode d'amélioration d'élevage des animaux - NDLR) mais ils sont habitués à travailler avec des produits chimiquement définis. Dans nos programmes sur les huiles essentielles et l'alimentation animale, c'est ce que nous essayons de faire : apporter notre éclairage sur la chimie de ces produits pour rendre leur usage le plus simple et efficace possible. »
 
L.Salters

Infos complémentaires

La station nationale de l'ITEIPMAI héberge des équipements nécessaires en matière d'expérimentation, d'analyses phytochimiques, de collecte et de traitement de l'information sur les plantes.

Ajouter un commentaire