Vous êtes ici

DAVFI, l'antivirus libre made in France

Le projet mené notamment par l’Ecole Supérieure d’Informatique, Electronique, Automatique (ESIEA) de Laval est arrivé à terme fin 2014.

Lancé en septembre 2012, le projet de conception d’un antivirus nommé DAVFI (pour Démonstrateurs d’Antivirus Français et Internationaux) est désormais disponible. Le consortium à l’origine du projet impliquait notamment l’ESIEA à Laval et la DCNS (Direction des constructions navales), ainsi que des leaders mondiaux de la sécurité tels que Qosmos.
Particularité de DAVFI : il est d’une part “made in France”, en Pays de la Loire. Et il est aussi libre et gratuit. A titre indicatif, les français, particuliers et entreprises confondus, ont dépensé en 2012 près de 300 millions d’euros pour s’équiper d’antivirus. Le marché mondial pèse plusieurs milliards de dollars... Impossible en effet aujourd’hui, dans un quotidien toujours plus connecté, de se passer de ces programmes qui évitent aux terminaux (ordinateurs, tablettes et téléphones) d’être contaminés. Tout circule sur la toile, a fortiori les virus. On comprend dès lors l’ambition “libre” du projet.
Ce sont d’abord les versions Androïd en 2013, puis Linux en 2014 qui ont été livrées. La version Windows est sortie fin 2014. La version Linux équipe maintenant tous les ordinateurs de la gendarmerie nationale. L’aventure n’est pour autant pas tout à fait terminée. Elle part maintenant dans deux directions. D’un côté, DAVFI va être exploité commercialement par Nov’IT, une société à laquelle ont été cédés les droits d’exploitation de l’antivirus. Et pour rester fidèle à l’esprit du projet, Eric Filiol, directeur du laboratoire de cryptologie-virologie-opérationnelles à l’ESIEA, livrera une nouvelle version libre d’accès - Open DAVFI - d’ici le printemps. Eric Filiol : “DAVFI doit rester libre et ne pas devenir un projet exclusivement commercial.”

L.Salters

Infos complémentaires

DAVFI reste le nom du projet pour la phase de R&D. La marque commerciale est Uhuru . Un site web est consacré à la version mobile : www.uhuru-mobile.com

En savoir plus sur l’Ecole Supérieure d’Information, Electronique, Automatique (ESIEA) de Laval qui a contribué au projet : www.esiea.fr

Ajouter un commentaire