Vous êtes ici

Coupe de France de robotique

Compétition de haut niveau destinée aux étudiants ingénieurs, la Coupe de France de robotique réunit chaque année 1 500 jeunes en région Pays de la Loire. Le témoignage des Vice-champions de France 2015, élèves à l’ESEO Angers.

Les équipes de la Coupe de France de robotique s’affrontent sur des tables de jeux de 2 m par 3

« Personne ne pensait que nous arriverions à ce niveau de la compétition » témoigne Valentin ; « on n’y croyait pas » complète Marion. Avec leur équipe, ils ont en effet atteint la deuxième marche du podium lors de la dernière Coupe de France de robotique. Organisé à La Ferté-Bernard (72) du 13 au 16 mai derniers, cet événement a réuni près de 1 500 étudiants. « Ce défi scientifique et technique s’adresse aux jeunes de 18 à 25 ans, précise Sophie Guiraudon, Directrice de Planète Sciences, l’association organisatrice. Cette compétition de très haut niveau attire la plupart des écoles d’ingénieurs et des IUT français. » Valentin et Marion étudient à l’ESEO, l’école d’ingénieurs en sciences et technologies de l'information et de la communication d'Angers. 184 équipes étaient engagées cette année dans la compétition. Elles se sont affrontées par robots interposés lors de matches de 90 secondes : la conclusion de plusieurs mois de travail et de réflexion.

Un défi scientifique et technique

La Coupe de France démarre en effet dès septembre. Planète Sciences publie alors son règlement qui « change tous les ans et fixe les défis et missions que devront effectuer les équipes ». Thème choisi pour cette vingt-deuxième édition : le cinéma. Cette année, les robots devaient par exemple ramasser du pop-corn, dérouler un tapis rouge ou monter des marches. « On a travaillé pendant 8 mois, le soir, le week-end et pendant les vacances scolaires. A l’approche de la Coupe, on y a passé jusqu’à 20 heures par semaine » se souvient Marion. Au sein de l’école d’ingénieurs angevine, les 14 membres de l’équipe robot se sont pourtant répartis les tâches. Les uns ont en charge la conception des cartes électroniques, « l’intelligence artificielle du robot », d’autres comme Valentin se chargent de la programmation, d’autres encore des aspects mécaniques. « On a commencé par modéliser les pièces sous SolidWorks (un logiciel de conception assistée par ordinateur NDLR) avant de les usiner et de les assembler nous-même. » 

Construire un projet d’équipe

« C’est une expérience extraordinaire. J’ai appris énormément sur le plan technique mais aussi sur le management d’équipe » affirme Marion en charge de « la communication et des partenariats » de l’équipe Robot d’ESEO. « Participer à la Coupe de France de robotique permet d’aborder des choses que vous ne voyez pas en cours. J’ai dû par exemple m’intéresser au Bus can, un protocole de communication utilisé dans l’automobile qui pourra me servir plus tard » explique Valentin qui aimerait « travailler dans les systèmes embarqués » une fois son diplôme d’ingénieur en poche. « C’est tout l’intérêt : les compétences développées leur serviront plus tard dans un contexte professionnel » complète la Directrice de l’association. Et d’évoquer le parcours de Julien qui a participé trois années de suite à la Coupe de France de robotique avant de rejoindre Aldebaran Robotics comme ingénieur. Cette société française fabrique Nao, un robot humanoïde.

Un billet pour Eurobot

Comme tous les concurrents, nos étudiants angevins sont arrivés à La Ferté-Bernard, le mercredi, jour des homologations. Sur les 184 équipes en lice, seules 151 ont passé cette première étape. « Le règlement de la Coupe limite les systèmes à pression d’air, interdit les liquides inflammables ou les êtres vivants : impossible donc d’utiliser un hamster pour faire avancer son robot ! » s’amuse Sophie Guiraudon. La compétition comporte alors une phase qualificative puis une phase finale programmée le samedi. « Nous n’avons pas dormi la veille de la finale, raconte Valentin. Nous avions été très moyens pendant les qualifications. On a travaillé dur toute la nuit pour améliorer la programmation. » Et leurs efforts vont payer. Le club de l'école d'ingénieurs ESEO ne s’est incliné qu’en finale, battue par RCVA. Une équipe constituée d’étudiants de l’IUT de Ville d’Avray (92). Les trois premières équipes au classement sont désormais attendues en Suisse. La ville d’Yverdon-les-Bains accueille la finale Eurobot du 22 au 24 mai 2015. A suivre !
Kogito.fr
    

 

Infos complémentaires

Construire des robots, des fusées, des satellites !
Son objectif : favoriser « l’intérêt, la découverte, la pratique des sciences et des techniques » par les jeunes de 8 à 25 ans. Organisatrice de la Coupe de France de robotique, l’association Planète Sciences propose également des concours de construction de fusées expérimentales, de satellites, de ballons sondes… Chaque année, environ 100 000 jeunes participent à ces activités.

 

Commentaires

Portrait de THUBERT
de THUBERT (non vérifié), le ven, 22/05/2015 - 14:20
Une compétition de très haut niveau préparé depuis longtemps par l'équipe de la Ferté -Bernard ,avec à sa tête Madame Christine TAFFIN , Présidente de Planète Sciences Sarthe. Félicitations aux sept lycées et aux neufs collèges qui ont participé aux challenges de robotique .Aux étudiants de l'école ESEO D'ANGERS , pour la qualité de leur prestation, et leur place de second. Et grand bravo à vous Christine TAFFIN pour votre dévouement , son engagement .Merci et Bravo à Madame Sophie GUIRAUDON Directrice de Planète Sciences, l'association organisatrice.
Portrait de Julien
de Julien (non vérifié), le lun, 28/09/2015 - 10:54
Bon article je partage.

Ajouter un commentaire