Vous êtes ici

A table avec les seigneurs du Moyen Âge

A quoi ressemblait la table seigneuriale au Moyen Âge ? Que mangeait-on et comment ? Réponses avec Philipe Bon, conservateur du Château Musée Charles VII de Mehun-sur-Yèvre (18) et historien du Moyen Âge.

Vous imaginez les seigneurs du Moyen Âge se goinfrant à table les mains dégoulinantes de graisse, la bedaine ruisselante de vin et de sauces ? C’est complètement faux répond Philipe Bon, conservateur du Château Musée Charles VII de Mehun sur Yèvre et historien du Moyen Âge : « Le côté ripaille et débauche des fêtes et marchés médiévaux que l’on organise aujourd’hui n’est pas  représentatif du véritable repas seigneurial. A l’époque, les banquets sont des événements exceptionnels. »

Les convives doivent adopter de « bonnes manières ». Il faut ainsi boire avec modération, manger proprement, se laver les mains avant et après le repas, réciter le bénédicité (la prière chrétienne de bénédiction du repas), ne pas mettre les coudes sur la table et surtout, interdiction formelle de cracher sa viande ! Ces festins sont aussi très codifiés. Les plats sont ainsi toujours présentés au maître de table en premier. Par la suite, chacun choisit à tour de rôle le morceau qu’il souhaite manger. « On est dans une société patriarcale, il y a un véritable ordre hiérarchique à suivre » précise l’historien.

 


Fête de la science : venez remonter le temps et rejoindre la table des seigneurs du Moyen Âge

Le 10 octobre, à l’occasion de la Fête de la science, Philipe Bon anime une conférence consacrée aux usages et manières de la table seigneuriale au Moyen Âge. Ouverte à tous, elle aura lieu à 16h au Musée du Château de Mayenne.


 

Symbole du pouvoir, l’art de la table sert à manifester la puissance du seigneur. Ainsi, c’est en 1378 que se déroule le premier repas officiel français ! 40 ans après le début de la guerre de cent ans, qui opposa anglais et français, le roi de France Charles V dit le Sage a reconquis la plupart des territoires français. « Pour l’épiphanie, Charles le Sage invite l’empereur d’Allemagne Charles IV à un grand banquet. Son objectif est de faire reconnaître ses nouvelles possessions par le reste de l’Europe. Ce repas va rester très longtemps une référence de l’art de la table française. » Le récit du banquet de 1378, immortalisé dans de nombreux manuscrits, permet de se faire une idée de l’allure d’un festin royal. Les tables sont constituées de simples planches de bois montées sur des tréteaux et recouvertes d’une grande nappe. L’expression « dresser la table » vient de cette époque. « On mange sur des tranchoirs ou tailloirs qui sont, selon le niveau social, des plateaux de bois ou d’argent. Il peut s’agir tout simplement d’une tranche de pain épaisse sur laquelle on pose les aliments » détaille Philippe Bon. Le couteau, la cuillère et la coupe sont des objets aussi personnels que votre brosse à dent aujourd’hui. Les plus puissants les conservent d’ailleurs dans des nefs de table posés sur la table. « Il s’agit de coffres en métal précieux qui ont la forme de navire. En plus des couverts de son propriétaire, ces nefs contiennent ses épices, ses condiments, sa serviette et… ses contrepoisons. Des pierres magiques sensées réagir à certains acides. »

 

Principalement constitué de viande, le repas se déroule en plusieurs services. Il comprend un grand nombre de plats, de la mise en bouche jusqu’au vin épicé pour favoriser la digestion. « Le rôti est le plat central des banquets» Cuisiné avec des plantes aromatiques (sauge, moutarde, persil, menthe…) et des épices (gingembre, cannelle, clou de girofle, safran, poivre…), il peut être laqué ou farci et, est servi avec des sauces acides ou aigres-douces. Très appréciés, les oiseaux comme le faisan, le cygne sont amenés à table avec leurs plumes. Certains ont une signification particulière : « Par exemple, le paon est un plat prestigieux sur lequel on fait vœu d’amour à son épouse et l’on prête serment à son seigneur » illustre Philipe Bon. Quant aux boissons, on ne buvait jamais d’eau pure. Impropre à la consommation, elle est toujours coupée avec du vin, du jus de raisin et même du vinaigre. «Toute la France était recouverte de vignes, ajoute l’historien. Mais on buvait surtout beaucoup de mauvais vin ! »

 


A voir lors de la Fête de la science en Mayenne

 

 « Expérimentez les réalités virtuelles et augmentées »

Casques et cubes immersifs, écrans interactifs 3D, miroir interactif… Venez essayer les dernières innovations en matière de technologies de réalité virtuelle et augmentée.

Animation, Eon Reality 21 rue Saint Melaine - Laval, 8, 9 et 10 octobre

Métal, bronze et fonte au Château

Quel est le processus de création des sculptures en bronze ? Venez tester deux techniques de moulage, la fonte au sable et la cire perdue, avec un spécialiste de la fonderie d’art.

Atelier, Château de Sainte Suzanne, 10 octobre

Champignons, moisissures et pédofaune

Croûtes de fromages, pêches pourries, joints de douche… Les moisissures sont partout mais, les connaissez-vous vraiment ?

Animation, Village des sciences de Laval, 10 et 11 octobre

> Le programme complet

Kogito.fr

Illustration © Peintre anonyme du 15e siècle, via Wikimedia Commons

Ajouter un commentaire