Vous êtes ici

Changement climatique : l’occasion d’inventer une société plus juste, plus participative et plus sereine

La lutte contre le réchauffement climatique nous oblige à adopter des modes de vie plus sobres en énergie. Quelles sont les solutions ? A quoi ressemblera le monde de demain ? Eléments de réponse avec Bernard Lemoult, directeur de recherche à l’Ecole des Mines de Nantes et spécialiste des transitions énergétiques et sociétales.

Pourquoi faudrait-il aller aujourd’hui vers une transition énergétique et sociétale ?

Pour le comprendre, il faut évoquer les enjeux actuels sur le climat, la raréfaction des ressources minérales et fossiles, la chute de la biodiversité… Et je ne parle pas du chômage de masse, des crises démographiques, économiques ou financières. Nous sommes aujourd’hui confrontés à une situation de multi-crises. Dans ces conditions, soit on considère que ces différentes crises sont indépendantes les unes des autres - mais ce serait vraiment une sacré coïncidence – soit on acte que notre modèle de développement est en crise. Aujourd’hui, la plupart des décideurs et des entrepreneurs reconnaissent que ce modèle est à revoir.

 

Quel est alors le modèle de demain ?

Je dirais plutôt quels sont les modèles en devenir ? Modèle énergétique, modèle agricole, modèle économique, modèle de gouvernance… La question est de savoir comment on fait évoluer nos modes de vie. Prenons l’exemple de l’énergie. La loi sur la transition énergétique adoptée par le Parlement cet été prévoit de réduire de 50% notre consommation d’énergie d’ici 2050. Objectif : limiter à 2°C le réchauffement climatique à la fin du siècle. Dans cet exemple, on peut ne voir que le côté contraignant : je n’allumerai plus mon ordinateur qu’une fois sur deux, je vais me chauffer deux fois moins… On peut aussi y voir le côté positif : on va pouvoir inventer de nouvelles manières de faire qui permettront de faire évoluer nos modes de vie.

 

Quelles sont ces nouvelles manières de faire ?

En agriculture par exemple, nous devons diminuer les engrais et les pesticides qui sont fabriqués à partir du pétrole. La France est d’ailleurs le plus gros utilisateur de produits phytosanitaires en Europe. Il va aussi falloir faire évoluer notre alimentation : manger plus de légumineuses comme les haricots, les lentilles ou les pois et consommer moins de viande, très impactante à produire. Nous devons apprendre à mieux isoler nos bâtiments, à nous déplacer autrement, à produire de l’énergie différemment… Mais aussi à décider autrement. En effet, la réhabilitation du politique, du faire ensemble démocratique, est également un enjeu pour demain. Le changement climatique est donc l’occasion d’aller vers une société plus juste, plus participative, plus sereine, plus apaisée.

 

Existe-t-il des initiatives locales qui préfigurent ces transitions ?

Aujourd’hui la société civile commence à s’organiser. A la Chapelle-sur-Erdre, en Loire-Atlantique, des entreprises se sont organisées pour permettre à leurs salariés de covoiturer entre leur maison et leur travail. Tout près de chez nous, des habitants de Béganne, en Bretagne, ont financé et construit le premier parc éolien citoyen de France. A Nantes, le campus de la Chantrerie multiplie les initiatives en faveur du développement durable : petit éolien, solaire photovoltaïque, plantation de sorgho fibre (combustible pour une chaufferie), installation de ruches, site internet de covoiturage… Les solutions ne viendront pas d’en haut, elles viendront du terrain, des territoires.

 

Vous semblez optimiste ?

On a la responsabilité de l’être. Il ne faut surtout pas baisser les bras. La transition énergétique et sociétale est une affaire trop importante pour ne pas participer activement aux politiques publiques. C’est l’affaire de tous : chacun doit s’en emparer, faire sa part et on y arrivera !

 

© Photo : isamiga76, CC BY 2.0

Kogito.fr

Infos complémentaires

Le Train du climat

« Changement climatique : quelles transitions énergétiques et sociétales ? » C’est le thème de la conférence proposée par Bernard Lemoult, le 17 octobre à 17h au Lieu Unique à Nantes. Elle s’inscrit dans le cadre d’un événement national : le Train du Climat. Engagé dans un tour de France, ce train fait ce jour-là escale à Nantes. A son bord et sur les quais : des chercheurs et des associations. Ils vous permettront de mieux comprendre les bouleversements climatiques et de découvrir des solutions pour agir.

> Le programme

 

 

Ajouter un commentaire