Vous êtes ici

Macro-onde : de l’objection à l’action contestataire, où commence la désobéissance civile ? - Labo des savoirs

Des actions non-violentes conduites par Gandhi pour dénoncer les lois injustes de l’empire colonial britannique, au mouvement des droits civiques dirigé par Martin Luther King aux USA, la désobéissance civile a servi des causes diverses et variées.

Bême est-il de ceux qui enfreignent pour servir le collectif ? Bon élève, curieux et participant volontier à l’activité de sa classe, il rend toujours, pour une raison que l’on ignore, copie blanche. Résistance passive, refus sans agressivité, son « pas » consiste à ne pas faire ce dont on le sait pourtant capable.
 
Le refus est-il un acte de désobéissance ? Comment cet acte, a priori anodin, impacte-il nos semblables ? Le Pas de Bême est une fresque théâtrale donnant à réfléchir sur notre capacité à dire non et jusqu’où celle-ci peut nous mener.
 
De l’objection à l’action contestataire : où commence la désobéissance civile ? C’est le thème de cette émission du Labo des savoirs !
 
 
 
 
Crédits
 
Émission spéciale, Macro-onde troisième du nom, enregistrée dans le hall du Studio Théâtre de Nantes où se jouait la pièce « Le pas de Bême », présentée par Agathe Petit avec Pauline Verbaenen, Pierre Charrier, et Cathy Dogon.
 
 
Invités
 
– Marie David, enseignante à l’ESPE, l’Ecole Supérieur du Professorat et de l’Education de Nantes. Son domaine : la sociologie de l’école, du travail et de la déviance.
– Pierre Leroux, professeur en sciences de l’information à l’université Rennes 1 et doctorant en sciences politiques…
– Et Adrien Beal, auteur et metteur en scène de la pièce « Le pas de Bême ».
 
 
Musique
 
« No one’s slave, No one’s master » – Seize the day (2000),
« Rosa Rosa » – Otis Taylor (2003),
« Désobéissance civile» – Keny Arkana (2008).

Ajouter un commentaire