Vous êtes ici

Comment la logistique peut améliorer la performance des entreprises ?

Pendant cinq ans, des chercheurs ligériens issus de différentes disciplines ont collaboré pour la première fois autour d’une même problématique : l’optimisation de la logistique d’une entreprise. Baptisé OLASI, ce projet collaboratif a notamment permis de développer de nouveaux outils et méthodes.

 

Vu de l’extérieur, elle peut s’apparenter à un véritable casse-tête. La chaîne logistique, ou supply chain, consiste à piloter les flux de matières et d’informations. Des fournisseurs au client final, ce processus englobe les approvisionnements, la production, la distribution, le transport… Il concerne la plupart des entreprises : dans les secteurs de l’aéronautique, de la grande distribution, de l’agroalimentaire... « Dans un contexte économique concurrentiel, la chaîne logistique est essentielle à leur performance, souligne Pierre Dejax, professeur à l’IMT Atlantique1. Mais c’est une activité de plus en plus complexe et qui relève de différentes disciplines : sciences sociales et de gestion, sciences de l’ingénieur, sciences et technologies de l’information et de la communication… Les entreprises ont des besoins mais elles manquent aujourd’hui d’outils et de méthodes pour l’améliorer. » De 2010 à 2015, ce chercheur du LS2N (Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes) a coordonné OLASI2, un programme de recherche collaboratif soutenu par la Région. Il a réuni des scientifiques de son laboratoire, de l’institut OVCM (Management des Organisations et de la Chaîne de Valeur) d’Audencia Nantes et du LEMNA3 (Laboratoire d’Economie et de Management de Nantes Atlantique) pour travailler sur trois axes : la conception et l’optimisation de réseaux logistiques, le management des achats et de la relation fournisseurs et les systèmes d’information de la logistique. Ensemble, ils ont réalisé des enquêtes de terrain, développé de nouveaux modèles d’optimisation informatique et conduit des expérimentations pour répondre à des problématiques concrètes.

 

Assemblage d’un Airbus A350 dans une usine de Toulouse. © Wikimedia Commons / Bernd K - CC BY-SA 4.0

Assemblage d’un Airbus A350 dans une usine de Toulouse. © Wikimedia Commons / Bernd K - CC BY-SA 4.0

 

Etre en capacité de livrer près de 900 avions par an d’ici 2020, contre environ 700 aujourd’hui : c’est l’un des objectifs que s’est fixé Airbus. Dans ce cadre, le constructeur a sollicité les équipes d’OLASI via le pôle PASCA (cf. ci-après) pour l’aider à atteindre cette montée en cadence. Elles sont intervenues dans ses usines de Nantes et St-Nazaire où sont produits des tronçons de fuselage d’avions. « Airbus planifie des flux logistiques sur plus d’une année, fait appel à un grand nombre de fournisseurs et de transporteurs à l’international et reçoit des dizaines de milliers de composants de toute taille » raconte Pierre Dejax. Comment améliorer la performance de cette chaîne logistique en « flux tendu » tout en répondant à des exigences de qualité, de délai et de coût ? « Les solutions passent par l’utilisation de logiciels et de méthodes pour mieux coordonner la planification des approvisionnements et des stocks par exemple » détaille le chercheur. Il n’en dira pas plus. Confidentialité oblige. Mais Airbus n’est pas le seul à avoir bénéficié des conseils des partenaires d’OLASI. Ces derniers ont aussi étudié les services logistiques du centre hospitalier universitaire de Nantes ou les systèmes d’information utilisés par le port de Nantes Saint-Nazaire pour gérer les navires et les marchandises qui transitent.

« Améliorer la compétitivité des entreprises ligériennes »

« Nous avons développé de nouvelles méthodes pour répondre à des problématiques de pointe » assure Pierre Dejax. OLASI a également contribué à la création de PASCA, le pôle achats supply chain atlantique. Cette plateforme régionale d’innovation regroupe aujourd’hui des industriels, des laboratoires, des institutions et des organismes de formation. Ils collaborent autour de projets communs destinés à améliorer la compétitivité des entreprises ligériennes. OLASI a par ailleurs conduit à des publications dans des revues scientifiques internationales, à la réalisation de plusieurs thèses de doctorat et à l’organisation de journées d’échanges entre chercheurs et industriels (cf.photo ci-dessous). « Le projet a permis d’associer des équipes de recherche qui n’avaient jamais travaillé ensemble, se réjouit le chercheur. Il a créé un terrain favorable à l’élaboration de nouveaux projets scientifiques et industriels. » Les partenaires poursuivent désormais leur collaboration notamment dans le cadre de formations comme le master MASC (Management global des achats et de la supply chain) d’Audencia ou MOST (Management and Optimization of Supply Chains and Transport) de l’IMT Atlantique.

 

Le 17 juin 2015, la journée de clôture du projet OLASI a réuni 150 participants dont une centaine d’industriels à la Cité des Congrès de Nantes. Elle était animée par Jean-Philippe Guillaume, directeur de Supply Chain Magazine.

Le 17 juin 2015, la journée de clôture du projet OLASI a réuni 150 participants dont une centaine d’industriels à la Cité des Congrès de Nantes. Elle était animée par Jean-Philippe Guillaume, directeur de Supply Chain Magazine.

 

Kogito.fr

1 Ecole d’ingénieurs issue de la fusion, en janvier 2017, de l’Ecole des Mines de Nantes et de Télécom Bretagne.
2  Optimisation des réseaux Logistiques, stratégie Achats et Systèmes d’Information : entreprise étendue et performance
3 En partenariat avec l’Université Catholique d’Angers (UCO), l’INSA de Lyon et l’Université de la Méditerranée (Aix-Marseille 2).

 

 

 

Ajouter un commentaire