Vous êtes ici

Cholestérol, la deuxième voie est ouverte

Cholestérol

Actualité scientifique
Microscope | © Région Pays de la Loire - Ouest Médias - Pierre Minier

Une équipe de l’Institut du Thorax de Nantes vient d’être primée suite à une publication qui ouvre de nouvelles perspectives de recherche.

Beaucoup de médicaments sont là pour réduire le cholestérol de la paroi artérielle. Mais on ne favorise pas pour l’instant la voie de sortie définitive de l’organisme.” En une phrase, Cédric Le May, chercheur à l’Institut du Thorax de Nantes (unité mixte CNRS et INSERM) pose l’enjeu. Combattre le cholestérol, c’est bien. En débarrasser définitivement l’organisme, c’est mieux. L’équipe de Cédric Le May, dirigée par le Professeur Bertrand Cariou, vient de se voir attribuer courant février, le prestigieux prix Daniel Steinberg. Un prix décerné par la société scientifique américaine d’Athérosclérose, de Thrombose et de Biologie Vasculaire (ATVB). 625 candidats internationaux étaient en lice cette année.
Depuis très longtemps, on sait que le cholestérol est capté par le foie puis envoyé dans la bile qui gère son élimination. L’année 2007 a marqué un tournant. Une équipe néerlandaise a démontré chez les souris qu’il existe une autre voie d’élimination du cholestérol : celle de l’intestin. Restait à voir si cette voie se retrouvait bien chez l’homme. C’est chose faite. En analysant des biopsies d’intestins obtenues au cours d’une chirurgie de l’obésité, Cédric Le May a montré que le mauvais cholestérol était aussi éliminé par la voie intestinale chez les humains.

Les Protéines PCSK9

Cette découverte ouvre de larges perspectives pour la mise au point de nouveaux médicaments. “En fait, les premiers travaux sur le sujet datent de 1927, explique Cédric Le May. Mais personne n’avait vraiment creusé le sujet jusqu’à cette étude néerlandaise de 2007. Avec cette étude et nos travaux, on se rend compte que l’intestin joue un rôle majeur dans l’élimination du cholestérol plasmatique. Reste maintenant à connaître exactement le chemin emprunté par le cholestérol entre le sang, les parois intestinales et l’élimination finale dans la lumière intestinale (le tube digestif - ndlr).”
Les travaux du laboratoire de Cédric Le May explorent d’autres voies pour combattre le cholestérol. Sur un autre programme de recherche, les scientifiques s’intéressent aussi au rôle de la protéine PCSK9. “C’est un inhibiteur du récepteur qui attrape le mauvais cholestérol, détaille Cédric Le May. Certains patients atteints d’hypercholestérolémie familiale présentent une protéine PCSK9 mutée hyperactive. L’idée est de réduire le rôle de cette protéine. Plusieurs entreprises pharmaceutiques ont ainsi développé des inhibiteurs de PCSK9 dont les premiers résultats d’études cliniques sont extrêmement prometteurs. L’une des questions à laquelle l’équipe de Bertrand Cariou essaye de répondre est de savoir si l’utilisation de ces nouveaux médicaments pourrait avoir des effets secondaires sur les patients.
Dans les travaux de Cédric Le May, la question de la régulation de la protéine PCSK9 est directement associée au problème de la régulation des flux par la voie intestinale. “Dans l’étude qui a remporté le prix Daniel Steinberg, les deux problématiques sont liées.

L.Salters

Informations complémentaires

L'Unité Inserm UMR 1087 / CNRS UMR 6291 est l'unité de recherche de l'Institut du Thorax de Nantes, une structure de soins d'enseignement et de recherche. Créé en 2004 l'institut du thorax rassemble dans une structure commune les soins, l'enseignement et la recherche dans les disciplines cardiovasculaires, respiratoires et métaboliques.

Ajouter un commentaire