Vous êtes ici

La mémoire dans les nuages...

Le cloud

Actualité scientifique
En 2020 le volume des données devrait dépasser la capacité de stockage mondiale
En 2020 le volume des données devrait dépasser la capacité de stockage mondiale. © iStockphoto / thinkstock

Une équipe de chercheurs de Nantes développe une solution pour réduire le volume des données sur le “Cloud”.

Ranger dans les nuages... L’image est poétique. Elle peut évoquer le Petit Prince de Saint-Exupéry. L’expression vient en fait de l’anglais “Cloud Storage” et décrit de façon plus prosaïque le stockage de données informatiques en externe. Une méthode qui a le vent en poupe depuis quelques années et qui est très utilisée par les PME et les grands groupes. L’idée du “Cloud” est simple : plutôt que d’avoir chez soi des armoires numériques pour ranger les données informatiques, on transfère ces données à des sous-traitants de la mémoire. Mais selon certaines estimations, “ranger dans les nuages” ne sera bientôt plus possible. Des experts prédisent une saturation des capacités de stockage mondiales à l’horizon 2020.
Une équipe de chercheurs du laboratoire Images et Vidéo Communications (IVC) à Nantes1 est en train de développer une méthode plus économe en espace mémoire. Objectif : diviser par deux le volume occupé par les données sur le “Cloud”. "Aujourd'hui, tous les systèmes d'exploitation copient et recopient les données jusqu'à 7 fois”, souligne Benoît Parrein, membre de l’équipe d’IVC. “Pour espérer gagner de la place, la meilleure solution est de représenter toutes ces données autrement."  La méthode développée par l’IVC consiste à offrir une plus grande souplesse dans le stockage des données en utilisant notamment des principes de géométrie souple. Dès 2015, la solution sera disponible sur le marché.
 
L.S.
 
1L’IVC dépend de l’Institut de recherche en communication et cybernétique de Nantes (Polytech).

Ajouter un commentaire