Vous êtes ici

Le projet Défi-µAlg monte d’un cran

Des photobioréacteurs solaires à Saint-Nazaire

Actualité scientifique
Le photobioréacteur installé sur le toit de Gavy à Saint-Nazaire
Le photobioréacteur installé sur le toit de Gavy. © Service Photo / Université de Nantes

Prévue pour être opérationnelle en 2014, une installation préfigurant les futurs locaux de Saint-Nazaire a été inaugurée en septembre.

La scène se déroule dans quelques années : un homme dans une station-service remplit le réservoir de son véhicule avec un liquide de couleur verte. Il s’agit de carburant à base de... microalgues. Celles-ci constituent une filière de plus en plus crédible de biocarburants. D’autant plus que contrairement au colza et au palmier à huile, les microalgues ne grignotent pas les parcelles cultivées. 
Pour intensifier la recherche dans ce domaine, l’Université de Nantes a lancé début 2013 le projet Défi-µAlg. Un démonstrateur constitué de bassins où seront cultivées les microalgues. En attendant la livraison des installations à Saint-Nazaire courant 2014, les équipes du laboratoire Génie des Procédés Environnement-Agroalimentaire (GEPEA)1 ont lancé courant septembre Biosolis. Aménagée sur les toitures-terrasses du site universitaire de Gavy à Saint-Nazaire, l’installation abrite des photobioréacteurs de dernière génération pour la production de microalgues en conditions solaires. Il accueille aussi un bâtiment-banc d’essai de “bio-façades” où les murs sont doublés par des réservoirs permettant de conserver les cultures de microalgues à la bonne température. Une solution envisagée à la fois pour la régulation thermique des bâtiments et la production de microalgues. 
Pour les chercheurs, Biosolis préfigure ce que sera le démonstrateur qui sera d’ailleurs installé sur le site de Gavy. Les travaux commenceront dans le courant de l’automne. Les microalgues vont pouvoir proliférer.
 
L.S.
 
1Créé en 2000, le GEPEA regroupe des équipes de Génie des procédés de l’Université de Nantes, de l’Ecole des Mines de Nantes et de l’ONIRIS. Le GEPEA est par ailleurs associé au CNRS depuis 2002.
 

Informations complémentaires

  • Le projet Biosolis

Ajouter un commentaire