Vous êtes ici

Pêcheurs et scientifiques main dans la main

PELGAS 2012 : pêcheurs et scientifiques main dans la main

Actualité scientifique
Le bateau de l'Ifremer en campagne d'observation.

Comme chaque année depuis 2007, scientifiques de l’Ifremer et pêcheurs ont participé à l’opération PELGAS pour la sauvegarde des ressources marines. 

Du 26 avril au 15 mai dernier, chercheurs de l’Ifremer et pêcheurs du Golfe de Gascogne ont pris la mer de conserve. Objectif : une campagne d’observation visant à évaluer les stocks de poissons, particulièrement celui des anchois, préalable indispensable à la définition des quotas de pêche. « Depuis 2007, scientifiques et professionnels de la mer travaillent ensemble au cours de cette campagne qui en est à sa 13e édition. Ainsi, notre expertise technique se couple à leur très bonne connaissance du milieu, fruit d’une pratique quotidienne de la mer », précise Jacques Massé, à l’Unité écologie et modèles pour l’halieutique de l’Ifremer, à Nantes.
De quoi permettre également à ces deux communautés d’apprendre à se connaître et à se respecter. La preuve ? Le financement de la participation des pêcheurs à PELGAS par l’association interprofessionnelle « France Filière pêche ». Alors même qu’entre 2005 et 2008, l’interdiction de la pêche à l’anchois dans le Golfe avait été très mal vécue par les pêcheurs.
Une chose est sûre, la non prise en compte de l’état de la ressource dans la définition des quotas de pêche peut avoir des conséquences dramatiques. « L’anchois ne vit que 3 ans, explique Jacques Massé. Il suffit donc d’une mauvaise année en terme de naissances pour fragiliser une population. » Une surpêche peut alors entraîner une disparition durable de l’espèce, comme au Pérou, où l’anchois a été invisible durant 15 ans ! 
Tout juste rentrés de leur mission, les scientifiques de PELGAS n’ont pas fini de passer les données collectées en mer à la moulinette de leurs équations. Mais comme l’indique le scientifique, « on a vu des anchois. On est donc très loin de la situation dramatique de la fin de la décennie précédente. » Preuve que bonne gestion de la ressource rime avec pêche durable.

Mathieu Grousson
 

Informations complémentaires

  • Consulter le site : Ifremer

Ajouter un commentaire