Vous êtes ici

Rythmes scolaires : "Ne pas uniquement réfléchir à la temporalité"

Enjeux et attentes

Actualité scientifique
Peut-on espérer de l'allègement des rythmes scolaires moins de compression ? © Région Pays de la Loire - Ouest Médias - Pierre Minier

La réforme sur les rythmes scolaires doit être mise en place sur l’ensemble du territoire en 2014. La plupart des scientifiques sont plutôt favorables à un changement.

L’année 2014 sera celle de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. Pour l’instant, seules 4 000 communes ont mis la réforme en action. Des milliers d’écoles doivent suivre en septembre prochain. La réforme comporte principalement deux enjeux : faire passer la semaine des écoliers de quatre à cinq jours (en ajoutant en général le mercredi matin) ; aménager des journées plus courtes en temps de classe, ce qui permet l’aménagement de temps périscolaires sensés contribuer à l’épanouissement de l’enfant.  Au-delà des débats de société suscités par cette réforme, quel est le point de vue des scientifiques ? La plupart des chronobiologistes semblent favorables à une semaine de 5 jours pour permettre des journées plus courtes.  "On peut espérer que cet allègement va faire moins de compression des apprentissages", remarque Marie Toullec-Théry, maître de conférence en didactique comparée au Centre de Recherche en Education de Nantes (CREN). Elle s’intéresse de près aux conséquences d’une réforme des rythmes. "Avoir plus de temps va aider un certain nombre d’élèves. Une constatation qui va dans le sens des enjeux de la réforme selon la chercheuse : "L’école française montre qu’elle est différenciatrice. Elle est très bonne avec les très bons, bonne avec les bons. Mais elle ne se débrouille pas bien avec les élèves les plus en difficulté (...). Il va falloir maintenant, non pas uniquement réfléchir à la temporalité, mais à ce que l’on va mettre dedans, à des situations d'apprentissage robustes." En clair, si la réforme va plutôt dans la bonne direction, reste à remplir le temps qu’elle libère, avec du sens...

L.S.

Informations complémentaires

  • Le site du Centre de Recherches en Education de Nantes (CREN)

Commentaires

Portrait de Gaignard
de Gaignard (non vérifié), le sam, 28/12/2021 - 18:24

La refondation de l'école est bien une nécessité républicaine. Elle doit permettre à tous les enfants d'aller vers la réussite. La mise en place des nouveaux rythmes n'est pas une question simple. Par exemple, la mise en place d'activités sur les temps péri scolaires permet à des enfants de faire des activités que leurs familles ne pourraient pas leur payer si on était resté dans le système ancien. Mais qui encadre ces activités ? Comment sont elles évaluées ? Des enfants sont fatigués en fin de journée et sont difficiles à intégrer dans ces moments après une journée de classe, ils décompressent. Que reste-t-il de ces activités ? Les animateurs ont-ils la formation pour encadrer ces groupes d'enfants ? Les communes ont-elles toutes mesurées la qualité nécessaire durant ces temps péri scolaires qui sont des moments éducatifs ? L'Education nationale a-t-elle un œil sur ces moments, pour assister les communes ? Cette refondation doit réussir, elle doit recréer l'école républicaine, source d'égalité des chances. L'apport des chercheurs serait nécessaire. Terre des Sciences qui encadre des activités périscolaires est prêt à associer des chercheurs dans ces activités pour analyser et faire évoluer les pratiques, pour les partager ensuite avec le plus grand nombre de communes.

Ajouter un commentaire