Vous êtes ici

Paroles de chercheurs

Bruno Le Bizec

Bruno Le Bizec

Directeur du Laboratoire d’étude des résidus et contaminants dans les aliments, (Recherche santé et alimentation)

Bruno Le Bizec, professeur à Oniris, directeur du Laboratoire d’étude des résidus et contaminants dans les aliments, à Nantes

Quel résultat scientifique vous a le plus marqué ?

Certainement la compréhension du vivant à travers les connaissances produites depuis 150 ans en génétique, des premiers travaux de Grégor Mendel sur l’hérédité jusqu’à l’élucidation de la structure de l’ADN par James Watson et Francis Crick. Ce n’est pas ma spécialité, mais je crois que cela m’a fasciné dès le lycée. Du reste, il est impressionnant de constater à quel point la génétique moléculaire est un ferment de découvertes en biologie et en médecine. Et ce jusque dans mon domaine de la sécurité des aliments. 
 
Quelle personne a le plus compté dans votre parcours ?
Plusieurs personnes ont compté. Mon père pour la rigueur. Mon frère qui est une incarnation de la modestie. Ces valeurs sont fondamentales pour un chercheur. Professionnellement, je voudrais citer François André, mon directeur de thèse, qui m’a notamment transmis son amour du service public. Enfin les docteurs Paul Lubert et Bernard Giraudet sous la direction desquels, plus jeune, j’ai pratiqué le football au niveau national. Je leur dois l’art de mener un groupe vers un objectif en essayant de remporter l'adhésion de chacun et de tous.
 
Qu’aimeriez-vous voir démontré ou compris ?
J’aimerais que l’on comprenne d’où vient le pouvoir de guérison de certaines médecines dites énergétiques, chez l’homme comme chez l’animal. Le monde académique est peu sensible à ces thérapies non médicamenteuses. On parle de magnétisme, de lignes de force… Or les effets existent, et ils résultent forcément de processus physiques, chimiques ou biologiques. Aux scientifiques de les élucider. 
 
Qu’est-ce qui vous semble important mais dont on ne parle jamais ?
Je trouve surtout que l’on parle beaucoup de certains sujets sans que cela soit suivi d’effets. Dans le domaine scientifique je pense notamment aux conflits d’intérêts. Les experts sont censés les déclarer, mais cela ne garantit pas leur absence. Dans le cas du tabac par exemple, on n’en parle qu’aujourd’hui, mais dans le passé, de nombreux travaux ont été teintés de positions partisanes de personnes qui étaient manipulées.
 
Quel conseil donneriez-vous à un jeune souhaitant s’engager dans une carrière scientifique ?
Avoir le plus tôt possible des intérêts au-delà de son domaine précis de compétence. Car c’est ainsi qu’on peut parfois être orienté dans des directions que l’on n’imaginait pas, et qui se révèlent d’une grande richesse. Pour ma part, j’aurais bien aimé m’en rendre compte plus tôt… Car je l’ai constaté dans mon activité auprès des grandes agences internationales telles l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L'inter-disciplinarité et le mélange des approches, et plus généralement des cultures, est vraiment un plus. 
 
Quel livre emporteriez-vous sur une île déserte ? 
Très franchement, je ne me vois pas abandonner aujourd’hui femme, enfants et travail, si bien que la situation que vous me proposez m’apparaît comme surréaliste ! Mais admettons et soyons alors jusqu’au-boutiste : j’emporterais L’écume des jours et L’arrache cœur de Boris Vian. Ces livres m’ont marqué étant plus jeune et je pense qu’il serait intéressant d’y revenir avec le recul des années. Une façon de revenir vers le passé pour comprendre des choses qui parfois nous échappent dans le tourbillon du présent. 
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et éviter tout Spam
8 + 1 = Résolvez ce problème de mathématiques et saisissez le résultat. Exemple, pour "1+3", saisissez 4.
-