Vous êtes ici

La réalité virtuelle appliquée à la santé

Trois questions à Evelyne Klinger, responsable de l'équipe de recherche "Handicaps et Innovations Technologiques", à Laval / Laboratoire des Arts & Métiers ParisTech d’Angers (LAMPA)

Comment votre orientation vers les sciences s’est-elle dessinée ?

Je suis issue d’une famille d’agriculteurs très ouverte et ma volonté de m’engager dans des études longues a toujours été soutenue par mes parents. Quant au goût pour les sciences, il est venu tôt, avec l’envie de travailler dans le secteur médical. Comme je voulais gagner rapidement mon autonomie, je n’ai pas opté pour le cursus de Médecine, trop long. Poussée par mon professeur de mathématiques, j’ai choisi une classe préparatoire, puis ai intégré Telecom ParisTech avec en fin de parcours une option biomédicale. 
 
Quel regard portez-vous sur votre parcours ? 
 
Cela n’a pas toujours été facile, mais j’ai réussi à concilier mes vies professionnelle et familiale. Ma carrière a été hachée, notamment pour m’occuper de mes 4 enfants. Mais j'ai été volontaire et ai toujours pu revenir dans le circuit. J'ai découvert un monde inédit : celui de la réalité virtuelle appliquée à la Santé. J'ai mis en évidence ses apports dans la prise en charge des troubles cognitifs et comportementaux lors d'une thèse en Informatique. J’ai mis en place une équipe à Laval pour aider à identifier des stratégies thérapeutiques pour des personnes dont les capacités cognitives sont diminuées. Il s’agit d’observer, via des expériences de vie simulées, les aptitudes des personnes à effectuer certaines activités du quotidien. Ce secteur innovant me permet de faire ce dont j’ai toujours rêvé : mettre mes compétences de chercheur au service des patients et de la médecine.
 
Faire carrière dans les sciences, est-il encore une gageure pour les femmes ?
 
C’est certainement moins difficile pour les jeunes femmes aujourd’hui qu’à mon époque, notamment parce que les enfants viennent plus tard. Toutefois, il faut être opiniâtre, tenace. Si on a les capacités, quand on veut, on peut ! Je crois aussi beaucoup aux rencontres, aux opportunités de la vie qu’il faut saisir au vol. Enfin, il ne faut pas s’enfermer dans un schéma de carrière, mais être moteur et créatif pour conjuguer vie professionnelle et vie privée. 
 

Infos complémentaires

  • Evelyne klinger, Entité Handicaps et Innovations Technologiques (HIT)